Rechercher
  • Sandrine Sales

La séparation dans le confinement


Dans cette période où notre proximité est telle que nous ne pouvons "nous éloigner pour mieux nous retrouver", comment ça se passe si vous envisagiez, déjà, de vous séparer et que vous êtes dans l'obligation de vous "supporter" ?


Pas facile de vivre en cohabitation, quand les sentiments ne sont plus là...

Cette proximité est lourde et il est facile d'en arriver à se détester, encore plus, que si vous aviez pu vous séparer en mettant de la distance.

Nombreux sont les couples qui se posaient des questions, avant le confinement, et par obligation, qui doivent continuer à faire comme si de rien n'était, que ce soit par impossibilité de se loger ailleurs ou pour les enfants.


Comment vivre au mieux cette période ?

Tout d'abord, essayez de profiter de ce temps pour communiquer un minimum, envisagez la vie après et listez les étapes à suivre (vente de logement, divorce, garde d'enfant(s)...).

Si la séparation se fait dans de bonnes conditions, ces questions seront plus facilement gérables mais si c'est un qui veut partir et que l'autre ne veut pas, ce sera, bien évidement, plus chaotique...


Vous savez que même dans le confinement, les thérapeutes conjugaux, y compris moi-même, sommes là pour vous aider à distance, alors, ne restez pas seuls dans cette toxicité que vous vous renvoyez.


Vous allez pouvoir vous projeter dans une nouvelle vie avec de nouveaux projets, de nouvelles rencontres... même si c'est une déchirure, essayez de positiver et de voir ce que cette séparation va vous apporter.

Profitez de ce temps là pour parler aux enfants en les rassurant sur le fait qu'ils ne sont pas responsables, et que vous (tous les 2 en tant que parents) serez là pour eux. Faites des choses tous ensembles (jeux de société, cuisine, devoirs...) en étant dans la communication mais pas dans la proximité, sinon ils risquent de ne pas comprendre ou bien de se dire que vous n'allez pas vous séparer finalement....

Mais après tout, ce temps là, peut aussi vous faire changer d'avis... N'est ce pas vrai que dans l'adversité, vous pouvez vous compléter ?


C'est une période particulièrement anxiogène pour nous tous, déjà parce que c'est quelque chose ne nous n'avons jamais vécu, ensuite parce qu'on n'est pas encore capable de dire quand ça va s'arrêter et puis par la peur, elle même, de la maladie.

Restez positif et essayez la médiation, même si vous ne savez pas faire (il y a des exercices sur internet), prenez simplement le temps de faire le vide en vous, de respirer calmement et de vous recentrer...


Prenez soin de vous et de vos proches...


Pour rappel, je suis joignable au 06.32.81.42.30, sur le chat du site, par mail sandrine.sales.therapeute@gmail.com ou par tout autre moyen (watshapp, messenger...)

1,749 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout